Brève - Rango

Publié le par GeeKonTunes

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/78/46/81/19678966.jpg

 

Petite brève cinéma en ce "beau" dimanche de fin de mois de mars. Hier, j'ai eu l'occasion de découvrir le nouveau film de Gore Verbinski. Et non, cette fois-ci nous ne voyageant plus sur les flots, mais au far-west avec notre ami Rango, un caméléon pas méchant, débrouillard et totalement imprévisible. Qui se cache derrière ce Rango? Johnny Depp himself. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/78/46/81/19698705.jpg

 

Le film raconte l'histoire d'un camélon qui ne sait pas très bien qui il est et quel est son rôle au sein de l'univers. Il aime s'inventer des histoires dont il est le héros. Suite à un accident, notre jeune héros va se retrouver à errer dans le désert américain et finira par atterir à Dirt, une "ville" sur le point de disparaîre. Ici, la soif de l'or et la conquête de l'ouest ont laissé leur place à la recherche de l'eau, élément vital en totale perdition dans la région. C'était sans compter sur le shérif Rango qui fera tout pour régler la situation...

 

Je dois dire que j'étais particulièrement excité à la découverte d'une première bande-annonce que j'avais vu en salle et c'est donc avec une certaine attente que j'attendais sa sortie en salle. En effet, le duo Verbinski/Depp au sein d'un film d'animation, une bonne affiche s'il en est. Le problème avec les films d'animation c'est qu'il commence à se créer une sorte d'embouteillage. Entre Pixar et les autres, l'enjeu principal est de faire encore plus rêver le spectateur et de l'emmener dans des contrées encore inexplorées. C'était assez culotté de la part de Verbinski de nous transporter dans l'univers du far-west. L'ambiance générale est excellente, les habitants sont superbements décrits et la ville apparaît comme une sorte de micro-sphère de notre société. Le pouvoir qui ne bouge pas le moindre petit doigt, des citoyens au plus bas, une économie totalement contrôlée et sous le joug de l'exécutif. De ce côté là, le film remplit sa part du marché. Niveau grand spectacle, là aussi on en prend plein les yeux, même si les références sont par moment un peu trop appuyées. Je pense notamment à la séquence de l'attaque de la diligence avec comme BO la Chevauchée des Walkyries. On a tellement vu cela que, malheuresement, la scène en devient presque banale. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/78/46/81/19698711.jpg

 

Le soucis principal du film est qu'il se prend un trop au sérieux. Il n'arrive pas à se lâcher complètement. De ce fait, certaines séquences nous paraissent interminables et le temps semble totalement arrêter. De plus, d'un point de vue esthétique, nous retrouvons certains élements que nous avions déjà vus dans le dernier Pirates des Caraïbes. Je fait notamment référence à la séquence de l'hallucination. Rango est parvenu à traverser la route et à passer de l'autre côté. Il erre désormais dans une sorte d'univers totalement blanchâtre et vide de toute vitalité. Ces éléments font échos à la séquence où Jack Sparrow se reveiller après avoir été englouti par la grosse bestiole des océans. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/78/46/81/19698704.jpg

 

Avis mitigé au final sur ce film, qui, bien qu'il soit porteur d'un message politique, écologique clair, ne parvient pas à séduire totalement du fait énoncé précedemment à savoir un manque de prise de risque. Bien que le fait que Johnny Depp soit derrière ce petit caméléon y soit pour beaucoup, on aurait quelque chose de plus fun.

 

Allez Rango, lâche toi un peu. 

 

Film sorti le 23 mars 2001

 

Note : 2,5/5

 

GOT

 

Publié dans Cinema

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article