Critique - Minuit à Paris - Un film de Woody Allen

Publié le par GeeKonTunes

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/83/07/18/19702766.jpg

 

Avec Woody Allen c'est comme moi quand je fais du café, c'est une fois sur deux. J'ai un peu laissé tomber depuis le milieu des années 1990. Le climax venant avec Vicky Cristina Barcelona, pur produit cinéma carte postale qui s'essouffle. J'avais un peu peur avec ce Midnight In Paris

 

Le pitch du film? Un couple de jeunes américains (Owen Wilson et Rachel Mc Adams qui avaient déjà joué ensemble dans Wedding Crashers) sont de passage à Paris. Ils sont en plein préparatifs de leur mariage qui doit se tenir à l'automne. Tout cela va se compliquer petit à petit car Gil est littéralement tombé amoureux de Paris et souhaite s'y installer. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/83/07/18/19661415.jpg

 

Comme je le disais en intro, j'avais peur de l'aspect carte postale, que Woody Allen nous emmène dans tous les coins typiques de Paris, une sorte de guide du routard. Il faut avouer que le début du film adopte un peu ce style. Une musique jazzy accompagne des images d'un Paris que tout le monde a déjà vu au moins une fois (Arc de Triomphe, Tour Eiffel etc...). Du macro, nous passons au micro en nous concentrant sur ce couple de bourgeois américains qui loge dans un luxueux hôtel. Alors que Madame fait les antiquaires, les joailliers de luxe, Monsieur rêve de marcher dans Paris sous la pluie, de boire un café tout en écrivant son nouveau roman. Lors de l'une de ses espades nocturnes, il va se perdre. Minuit sonne et une voiture s'arrête avec à son bord, des personnes d'une autre époque. Ils vont l'emmener dans une soirée d'un autre temps durant laquelle Cole Porter est au piano, Les Fitzgerald sont les hôtes de marques. Lors de chaque virée et à minuit précisément, il va travers les couches temporelles et ainsi passer la nuit parmi les grands du débuts du 20ème siècle. Ses potes de débauche? Luis Buneul, Saldador Dali et j'en passe....

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/83/57/86/19704513.jpg

 

Toutes ses escapades vont lui permettre d'avancer sur son roman, d'en apprendre sur lui-même, d'avancer sur son roman et de comprendre sa vie amoureuse. On a pour coutume de dire que le personnage principal de chacun de ses films est l'alter-égo de Woody Allen. Cette théorie se tient ici puisque la morale principale du film est l'appréhension de la notion T, du moment présent. Même si la nostalgie du passé refait surface, il faut savoir vivre avec son temps. 

 

Au final, le réalisateur offre une notion du voyage dans le temps assez simpliste. Le tout fonctionne plutôt bien il faut l'avouer. Nos acteurs français, Carla Bruni-Sarkozy, Léa Seydoux, Marion Cotillard et Gad Elmaleh sont bons (en même temps Gad Elmaleh n'a qu'une ligne de dialogue). Le tout fonctionne plutôt pas mal, mais j'ai eu concrètement quelques soucis à avoir de l'empathie pour les personnages. Il y a comme une barrière qui se crée et qui ous empêche d'être totalement en osmose avec tout le monde. Dommage.

 

Un bon divertissement. 

 

Note : 1303059494 misc 571303059494 misc 57

 

GOT

 


Publié dans Cinema

Commenter cet article

ariane 04/06/2011 19:24


Superbe film. On retrouve le talent de Woody Allen pour les
comédies pétillantes, fantaisistes et surréalistes. Voir nos actrices
françaises, les entendre parler anglais, dans un univers parisien du
passé : j'ai adoré. Marion Cotillard a un bien joli rôle.
Et j'écoute la BO en boucle depuis que je l'ai vu : http://www.allobo.com/bo-minuit-a-paris-2352.html
Le seul truc qui m'a dérangé c'est le début avec 5 minutes de plan sur un Paris carte postale. J'ai eu très peur quant à la suite du film et finalement, ça a été une excellente surprise.