Jackass 3D - Au-delà des limites

Publié le par GeeKonTunes

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/79/64/11/19534579.jpg

 

Petit rattrapge DVD en ce lundi de Pâques avec la découverte de Jackass 3D. A la base, je ne suis pas un très grand fan de cette bande de joyeux lurons adeptes de sensations extrêmes et autres délires puérils. Et puis mince, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, file moi la galette chérie et on se matte ça illico. Sachant que ma séance s'est déroulée en DVD, je n'ai donc pas eu le privilège d'assister à l'évènement en 3D, ne m'en voulait donc pas si mon jugement s'en retrouve faussé par moments. Ce qui m'intéressé avant tout dans ce film, c'était de voir à quel point, l'homme pouvait repousser les limites de son corps et ainsi de voir à partir de quel moment il pouvait atteindre le point de non retour.

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/79/64/11/19536601.jpg

 

A vrai dire, avec la bande de Jackass, nous ne sommes pas dans un évènement style Man Vs Wild, mais Man VS Bullshit. L'humour pipi-caca domine la majeure partie du film sans compter les phases de haute transpiration que nous admirons voir régurgiter par le pauvre malheureux obliger de boire la substance à gorge déployée. Il n'y a donc pas de limite chez eux, la seule barrière infranchissable est celle de la mort. Quelques frayeurs les ramènent dans une certaine réalité à l'image de la séquence avec Johnny Knoxville qui est à deux doigts de se rompre le cou après avoir été éjecté par un buffle. Ils n'ont peur de rien, ni de personne. Leurs sketchs sont de qualités aléatoires (celui du tir aux canards est franchement hilarant alors que les caméras cachés, par exemple, ne représentent pas un grand intérêt à mon sens). 

 

Petit bilan donc mitigé. 1h30 de délire à base de vomis, excréments, urine, épilation en mode super-glue pour quoi au juste? La gloire peut être ou bien seulement l'illusion de celle-ci. 

 

Le film est sorti en DVD le 29 mars 2011. 

 

Note : 1303059494 misc 57

 

GOT

 


Publié dans Cinema

Commenter cet article