Le jour où j'ai testé la 3D chez Dorcel

Publié le par GeeKonTunes

Sans-titre.JPG

 

Tout est venu d'une discussion entre le rédacteur en chef du site Le Tag Parfait par mail. Entre deux conversations sur les productions FR, il me glisse de manière franche : "tu sais, je ne suis pas un amateur de ces productions, mais niveau 3D, Dorcel assure un max. Fait un mail à Ghislain de ma part, il est cool". Je le remercie et ni une, ni deux je craque mes doigts et je prépare un mail assez protocolaire à ce fameux Ghislain. Il me répond 20 minutes plus tard : "OK. t'habites Paris? L'idéal serait entre 18h00 et 20h30". Le rendez-vous sera finalement fixé le jeudi 21 avril pour 18h00 rue Plumet dans le 15ème. 

 

Deux jours plus tard, de nouveau petite discussion avec le rédac chef du Tag Parfait. On ne s'est jamais rencontré, ni même mené une longue conversation, mais nous partageons la même passion et nous en parlons sans tabous. Etant un peu intrigué par ce test, je lui pose quelques questions notamment sur le lieu, les conditions de visionnage. Il m'envoie un lien dans lequel il narre son récit de jeune cinéphile. Toute la cérémonie se déroulera dans la salle de travail, et j'aurai droit à du contenu soft. Peu importe, je suis là pour tester, pas pour une séance de porno privé comme à la maison. 

 

DORCEL-3D---fond-noir.jpg

 

Le jour tant attendu arrive. Je me prépare soigneusement. Le stress monte petit à petit. Je vais enfin découvrir le lieu où tout se passe, où tous les projets ont pris forme. J'avance dans la rue, c'est bon je suis devant la porte d'entrée. Je la pousse, elle est ouverte. Etrange, elle ne devait pas l'être. Il n'y a personne à l'accueil, mais j'entends des voix à l'étage. Je patiente un peu, n'osant pas me montrer tout de suite. Je fais une photo pour le souvenir. Après quelques minutes, je décide de monter les marches. Des tableaux ornant le mur sont des affiches de leurs précédents succès, Casino No Limit, Pornochic,  Mademoiselle de Paris. Une femme finit par m'apercevoir. Il s'agit de l'attachée de presse qui ne devait pas être là. Génial, on peut enfin faire conaissance. J'ai dû mal à réaliser que je suis dans l'entreprise Marc Dorcel. Je suis d'autant plus ému que mon premier film X fut Illusions avec Laure Sinclair, une production Dorcel d'où mon attachement pour la société et leurs productions. Rapidement, on me présente à toute l'équipe dont Ghislain et Laurent. En attendant, que tout soit prêt, je vais boire tranquillement un café dans une petite pièce en recul de l'open space. Je discute des productions de la société avec l'attachée de presse qui m'en parle avec passion. "Je n'ai pas encore reçu le coffret des Pornochic". Pas de problème, on voit cela la semaine prochaine. "Ah visiblement tout est prêt". C'est parti pour l'expérience. Durant vingt minutes, je vais quitter la pièce avec le X rosâtre ornant le mur de la société et les affiches de 40 par 30 de Mademoiselle de Paris. Nous redescendons les marches pour revenir au point de départ, mais nous bifurquons pour nous cloîtrer dans la salle de réunion. La démonstration peut commencer. 

 

soubrette-soumise-sodomisee-3d-10434158bsptz 1147

 

Préparation de la TV et des lunettes. Ghislain me demande si je m'y connais en 3D. J'avoue, de manière un peu honteuse, que malheureusement mes connaissances dans le domaine sont assez limitées. Peu importe, il m'explique de manière claire et précise le pourquoi du comment et son fonctionnement. Pour être rapide, il y a trois types de 3D, celle avec les lunettes à carreaux rouge et vert, la seconde appelée "à usage unique" et la dernière, la plus performante, la plus stable, qui offre des performances poussées. C'est de cette dernière dont je vais pouvoir bénéficier. 

 

Début des hostilités avec une présentations soft d'une séquence avec une jeune femme partant du fond du plan pour venir quasiment nous frôler, nous passer sous le nez. Cela ne fait même pas trois minutes que j'ai les lunettes sur le nez que l'effet est ébouissant. L'effet de jaillissement est tout bonnement bluffant. Cette femme qui vous regarde avec ses yeux revolver jouant de manière langoureuse avec son soutien-gorge qui vous touche quasiment le visage est saissisant. Ils m'invitent à regarder la séquence sous plusieurs angles et à me déplacer dans la pièce. En effet, plus je m'éloigne et plus j'ai l'impression d'être proche d'elle. Tout ce mécanisme est dû au fait que la caméra est fixe et permet du coup une meilleure captation de l'environnement et du corps. Ce petit test m'a donc permis de rapprocher mes théories du corps à ce nouveau procédé technologique. Ghislain me montre quelques photos de la caméra que les cinéastes utilise. Elle est beaucoup plus lourde, plus imposante qu'une caméra classique et demande beaucoup plus de précision. De ce fait, les tournages ne sont plus envisagés de la même façon et le jeu des acteurs et actrices demande beaucoup plus d'attention et de précision. Je demande si un tournage d'un film en entier en 3D est en cours. Il me répond non, car le temps de post-production demande 5 fois plus de temps qu'un tournage classique. 

 

Demonstration-3D-1-1024x576.jpg

 

J'enchaîne les démontrations soft. Sans que j'ai besoin de le demander, Ghislain m'explique que le but de leurs productions est la conquête du spectateur, l'amener à jouer avec l'actrice. De ce fait, la mise en scène se focalise sur les nombreux regards caméra. J'avais eu l'occasion de relever ce principe dans ma dernière analyse de Pornochic 20 et sur le fait que les actrices observaient très régulièrement la caméra, du moins plus qu'à l'accoutumée. Ce qui va compter désormais c'est la conquête du hors-champs, amener à faire participer le spectateur. Pour le moment, seul Hervé Bodilis s'est essayé au tournage 3D. Une chose est certaine, il va falloir repenser la mise en scène. D'un côté, la 3D pourrait être considérée comme une contrainte puisque la mobilité réduite et certains angles de prises vue sont proscrits et en même temps invisible en 2D? 

 

Après avoir eu le plaisir de voir Jade et Anna en 3D, place à une dernière séquence avec Black Angelika. Je n'ai pas le droit à toute la séquence, mais à quelques passages usant au mieux le procèdé du jaillissement. Après une manipulation un peu hasardeuse, j'ai le droit à quelques passages hard que nous stoppons au bout de quelques minutes car comme le souligne subtilement Ghislain "mater cela à plusieurs, c'est pas qu'on veut pas, mais bon". 

 

screen-press.jpg

 

Bref, la démo est terminée. Première chose de notable, l'effet 3D est tout bonnement impresionnant et bien plus qu'au cinéma. L'avenir est basée sur une participation accrue du spectateur dans le processus filmique. Avant de partir, petite présentation de leur catalogue VOD Dorcel TV (les premiers à avoir fait cela dans le monde). Tout est classé comme dans la plus grande VODthèque cinéphile (infirmière, secrétaire etc...). Je souligne que l'industrie du X, et tout particulièrement Dorcel, est à la pointe de la technologie et s'adapte au marché en tentant d'innover le plus rapidement possible afin d'offrir du contenu de plus en plus intéractif, évolutif. Ils sont les premiers à proposer du contenu 3D en VOD. 

 

Chez Dorcel, le corps a de belles années encore devant lui avec de bien belles productions à venir. Ils n'ont plus rien à apprendre. Je repars avec quelques cartes de visites, des souvenirs plein la tête, des petits secrets de tournages et une promesse d'entretien avec la belle Anna Polina.

 

Remerciement au Tag Parfait et à toute l'équipe Dorcel pour ce moment de test, de discussion et d'analyse fort sympathique.

 

Vous pouvez retrouver leur catalogue VOD 3D sur le canal 171 de Free et sur leur plate-forme VOD en ligne DorcelVision.

 

GOT

Publié dans Buzzons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article