Mademoiselle de Paris - Dossier Anna Polina #2

Publié le par GeeKonTunes

front

 

Suite du dossier consacré à Anna Polina. Après Pornochic 20, intéressons-nous désormais à Mademoiselle de Paris. Et bien oui, il n'y a pas que Jade Laroche dans ce film. Je ne vous refais pas le pitch du film, passons directement dans le film du sujet.

 

Anna_Paris1.JPG

 

Anna Polina apparaît dans deux scènes. La première est la séquence d'ouverture avec J.P.X.  Anna est dans une voiture en charmante compagnie. Nous ne retrouvons pas ce jeu de séduction qui était comme le fer de lance de Pornochic 20. Nous sommes d'entrée de jeu au coeur de l'action. La caméra, comme toujours, est très proche du corps. Petite nouveauté tout de même, Hervé Bodilis axe sa mise en scène sur le regard de l'actrice comme s'il était le réceptacle d'un secret inavoué. C'est bien la première fois que nous sentons que l'actrice, et l'acteur, sont au même point de domination. Ils sont sur un seuil d'égalité. Personne ne domine personne, comme une sorte d'équilibre parfait. Scène d'ouverture assez surprenante donc, puisque Hervé Bodilis ne nous assène pas d'une scène bon chic bon genre. Tout est dans la délicatesse. Nous retrouvons le même aspect de mise en scène que dans Pornochic 20 à savoir un recadrage sur le visage de l'actrice au moment de l'expression corporelle la plus intense. Pour cette première scène, Anna Polina varie son jeu. Elle n'est plus dans un rapport de force et de domination. Son jeu, son corps s'adapte et se laisse entraîner par la mise en scène. Un corps qui se contrôle est un corps qui peut dominer la mise en scène. 

 

Anna_Paris3.JPG

 

La seconde séquence apparaît à la moitié du film. C'est une scène lesbienne avec Suzie Carina. A la base, les deux corps ne se sont pas mutuellement cherchés, séduits. Ils ont été mis un relation par un troisième élément, Nina Roberts (s'il vous plaît). Comme dans une sorte de rituel de présentation, les deux enveloppes vont se découvrir petit à petit et entrer en symbiose. Contrairement à la scène d'ouverture, nous retrouvons le côté dominatrice de l'actrice. C'est elle qui dirige Suzie et lui ordonne (psychiquement parlant bien entendu) les moindres gestes à effectuer. Element de mise en scène intéressant, le grand panneau YES trônant au-dessus des deux actrices comme une sorte d'expression écrite du désir. La puissance de l'amour prend une forme écrite au sein de la mise en scène. Domination, certes mais comment? La mise en scène de Hervé Bodilis est clairement focalisé sur Anna Polina. Même quand c'est sa partenaire qui est le sujet principal, le metteur en scène se concentre sur Anna. Pourquoi? Car c'est elle qui procure et qui engrange le désir. C'est un corps qui partage et qui donne. 

 

Anna_Paris2.JPG

 

Ce film est intéressant parce qu'il nous permet de découvrir une nouvelle facette du jeu de l'actrice. Elle prouve que, non seulement, elle peut se laisser aller au sein d'un dispositif filmique, mais qu'elle peut également dominer l'espace. 

 

Le film est disponible en téléchargement sur la plate-forme VOD DorcelVision

 

9,99€ pour une location de 3h ou 24,99€ pour un téléchargement définitif. 

 

Télécharger

 

 

GOT

Publié dans Dossier Anna Polina

Commenter cet article

Shtegara 07/01/2012 20:48

Herve Bodilis & Anna Polina faire un bon cinéma