Pina 3D - Dansez, souffrez, filmez sinon nous sommes perdus

Publié le par GeeKonTunes

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/82/84/26/19691458.jpg

 

Ah la 3D... Belle invention. A l'heure où les gens ne vivent plus qu'au rythme de la HD, son optique 6.1, le cinéma et surtout les majors font tout pour refaire venir les spectateurs dans les salles. Tout comme le son ou la couleur à leur époque, la 3D est le nouveau hochet du public. Quand nous allons au cinéma, il suffit de lever les yeux au ciel pour voir inscrit en énorme : projection en 3D. Le soucis, c'est que par moment l'effet 3D n'est pas très bien rendu. Je pense néanmoins au dernier film de Michel Gondry, Le frelon vert ou même à Avatar dont l'effet "immersif" commence à s'effriter. C'est pourquoi, la découverte du nouveau film de Wim Wenders en 3D avec comme sujet la danse contemporaine sur la chorégraphe Pina Bausch suscitait chez moi de nombreuses interrogations. 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/82/84/26/19679778.jpg

Autant l'avouer tout de suite, je ne connaissais absolument rien à l'univers de la danse et encore mois à celui de Pina Bausch. C'est donc avec à peu près trente ans de retard que je prend ce film comme une claque cinématographique. Les ballets sont de toute beauté. Portant un intérêt tout particulier pour la mise en scène du corps au cinéma, le film de Wim Wenders parvient à créer une fusion parfaite entre l'image et le corps. La 3D n'est pas ici une simple option de mise en scène. Elle magnifie le geste et arrive à l'extraire littéralement de l'image. Les danseurs n'évoluent plus au sein d'un cadre cinématographique défini, mais dans une sphère qui est autre, comme de l'ordre du virtuel. Entre chaque ballet, quelques témoignages de la troupe de Pina qui expriment leur tristesse et leur chagrin. Pina n'est pas un documentaire sur la chorégraphe, mais POUR la chorégraphe. Quelques images d'archives (très brèves) viennent nourir le film entre deux ballets. Lors de la présentation de son film, Wim Wenders nous a confié qu'il était un intime de la chorégraphe. Je ne connais rien à son univers, mais nous ressentons, à travers son film, toute sa tristesse et son chagrin. 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/82/84/26/19679777.jpg

Les corps se cherchent, se séduisent se font mal. Tout n'est qu'expression d'amour, de haine et de violence. Dans un article paru dans le film français, Anthony Bobeau, disait que Wim Wenders parvenait à instituer la 3D dans le domaine du cinéma Art et Essai. Je rejoins parfaitement son point de vue en insistant sur le fait que le rendu est bien meilleur que dans les autres films qui, pourant, usent du même outil. Pour les novices comme moi, vous ne pourrez vous empêcher d'être en admiration devant cette beauté gestuelle, cette image totalement surréaliste. Après la projection reste le goût amer de la tristesse, de la perte d'une artiste de génie. Le film se clôture sur cette phrase comme provenant d'outre-tombe : "dansez, dansez, sinon nous sommes perdus". Bravo l'artiste. 

 

Note : 4/5

 

Sortie du film le 6 avril 2011

 

GOT

 

 

 

Publié dans Cinema

Commenter cet article