Pornochic 20 - Dossier Anna Polina #1

Publié le par GeeKonTunes

b 80492

 

Je vous l'avais promis dans un précèdent billet, le nouveau film de la série Pornochic est enfin disponible. Après  Pornochic 19 avec Jade Laroche, place désormais à Anna Polina, la nouvelle étoile de l'école Marc Dorcel pour un vingtième épisode. Mon dossier Jade Laroche touchant à sa fin (oui, je sais....), cette chronique va me permettre de faire le lien avec mon nouveau dossier consacré à Anna Polina. Avec la sortie de ce nouvel épisode, réalisé par le maître Hervé Bodilis, la transition était toute trouvée. Allez, c'est parti ! 

 

88C2980 deflight

 

Avant toute chose, faisons un petit retour biographique sur la Dorcel Girl qui venait du froid. La belle est âgée de 21 ans. Elle vient de St Petersbourg. Elle arrive en France à l'âge de 11 ans. Elle pratique, durant sa jeunesse, la danse classique qu'elle est obligée d'arrêter à cause d'une mauvaise blessure. Elle obtient un bac L. Elle est aussi bien intéressée par la littérature de Maupassant que par celle de Virginie Despentes. Elle obtient une double licence : droit français et droit russe. Elle voue une passion pour le théâtre et s'inscrit au Cours Florent. A un moment donné dans sa vie, elle décide d'en savoir un peu plus sur le métier de hardeuse. Comment vivent ces nouvelles égéries? Quelle est leur place dans la société? C'est ainsi qu'elle se rapproche de Marc Dorcel et qui va "l'infiltrer" dans le milieu du X. Elle tourne Luxury Fuck VIP, son premier DORCEL, en 2010 sous le pseudo de Lilith Marshall, puis enchaine sur Mademoiselle de Paris, le premier film coproduit par 920 internautes. Suite à ce succès et cette beauté assez saisissante, Marc Dorcel décide d'en faire sa nouvelle Dorcel Girl. 

 

Après ce petit point biographique, laissons place à l'analyse. Le film est composé de six scènes dont trois avec Anna. Cette chronique alternera avec des analyses plus complètes des scènes avec Anna, mais je ferais un point rapide sur les autres séquences.

 

vlcsnap-2011-03-16-20h52m36s174-copie-3.png

 

Dès que le film débute, la première chose qui saute aux yeux c'est la qualité indéniable de l'image. Pas un grain, c'est fluide et la lumière est bien faite. Nous sommes dans une voiture, la nuit. Nous arpentons les rues de la banlieue parisienne. Nous attérissons dans la cour d'une maison assez chic. Une jeune femme descend, c'est Anna Polina. Elle est accompagnée d'un homme. Ils pénètrent tous les deux dans la demeure. A l'intérieur, la décoration est sobre, chic, bourgeoise. Anna est au centre de la pièce. Elle est l'objet, le corps du désir. Quatre hommes l'entourent. Nous allons assister, d'entrée de jeu, à un foursome

 

vlcsnap-2011-03-16-20h56m25s184.png

 

J.P.X, Ian Scott, Valentino et Sabbg seront la matière dure. Anna Polina, contrairement à Jade Laroche, n'est pas un corps qui va rentrer dans un processus d'initiation. Dès le départ, elle aparaît comme une sorte de diamant brut sur lequel il faudra poser les marques du récit. La caméra est proche du corps comme pour mieux saisir cette matière charnelle. Anna Polina c'est un corps qui va au contact et qui rentre en contact. Elle ne laisse pas le choix. Un regard suffit à être condamné. Cela est bien entendu, dû à la mise en scène de Hervé Bodilis qui la place au centre de l'espace, comme sa pièce maîtresse. Le montage est doux, le réalisateur est proche de son actrice. Il veut capter la jouissance de ce corps. L'usage du ralenti est modéré, nous sommes dans de l'action pure. Cette séquence d'ouverture est belle et filmée de manière réfléchie et posée. Le corps d'Anna paraît totalement insaisissable, rien ne semble passer à travers. Tout comme le diamant, elle est le reflet de tous les désirs et les fantasmes de l'être. 

 

vlcsnap-2011-03-16-21h35m01s49-copie-1.png

 

La seconde séquence met en scène met en scène Eve Angel et Antonia. Elles se donnent rendez-vous dans un club. Ce dernier, totalement vide, va devenir le lieu d'un désir lesbian et organique. Eve Angel est dominatrice et apparaît comme une sorte d'instructrice. Elle est dans un rôle d'initiatrice. 

 

vlcsnap-2011-03-16-21h41m06s109-copie-1.png

 

Troisième séquence et seconde apparition de Anna. Nous sommes dans une salle de bain. Anna est nue. Elle se prépare doucement, se parfume, met sa plus belle lingerie. Clairement, elle s'arme pour son prochain duel. Elle rejoint l'homme qui se trouve dans la chambre. Désormais, se sera un duo avec Valentino, également présent dans la première scène. Anna est un corps aimant, impulsif, dominant. A peine est-elle à côté de Valentino qu'elle se rue sur lui. Désarçonné l'espace d'un instant, il finit par rentrer dans son jeu.

Alors que chez Jade Laroche, nous avions descellé un petit côté Laure Sinclair, en observant Anna nous voyons clairement Laura Angel. Elle est issue de ce même matériau. Ce sont deux actrices dont le corps devient, dès le départ, l'enjeu du désir. Ils font abstraction de toute chronologie, de toute vraisemblance. Dans cette scène, Anna domine clairement. Elles inscrits les deux entités dans un espace donné, celui de la narration. Les positions s'alternent et plus le temps passe et plus Anna prend possession du corps de l'autre. Tout comme dans la première scène, la caméra est proche du corps et nous retrouvons ce zoom systématique sur le visage de sa muse, comme par peur de rater le vocal, l'expression du corps féminin. L'orgasme est ici le signe de la fusion des corps. Valentino est clairement perdu. Elle lui assènera le coup fatal et le fixant du regard en le regardant s'immaculer. Il suffira d'un baiser final pour lui aspirer un dernier souffle de vitalité. 

 

vlcsnap-2011-03-16-22h36m56s84.png

 

La quatrième séquence est avec Amabella, Ian Scott et Greg Centaura. L'action se déroule dans la banlieue ouest de Prague. Un apparetement tout de blanc immaculé. Deux légendes masculines face à ce corps totalement désirable. Elle se met en scène en se déshabillant tout doucement. Bien que la scène et les acteurs soient bons, Amabella n'a pas la force et cette étincelle. Elle se fait clairement dominée. 

 

vlcsnap-2011-03-16-22h07m45s185.png

 

Une heure passe et nous en arrivons à la cinquième séquence, la dernière avec Anna Polina. Nous sommes dans un luxueux appartement Parisien sept mois auparavant. Elle est accompagnée de Ian Scott et d'Alex. Cette scène est le climax du film. Tout d'abord d'un point de vue scénique. Les angles sont plus grands et originaux. Hervé Bodilis cadre Anna de dos, de 3/4 et la caméra est moins mobile. Du côté d'Anna, nous sommes, au début, plus proche de la séduction que du contact. Le corps est désirable au possible, cela est dû aux nombreux regards caméras de la part de l'actrice. Non seulement son être est totalement de l'ordre du désir filmique, mais elle souhaite étendre son pouvoir à l'extra-filmique c'est-à-dire au spectateur. Elle souhaite nous rallier à sa cause. Ce qu'elle fait avec nous, elle le fait également avec son autre partenaire qu'elle ne cesse d'observer sans le laisser venir vers elle. Le corps n'a jamais était autant désiré et désirable. La séquence se clôt sur un regard caméra d'Anna qui laisse imprégner dans notre esprit un souvenir indélébile. 

 

vlcsnap-2011-03-16-22h20m50s236.png

 

La dernière séquence se déroule lors d'un shooting photo. Lucy Belle est modèle le temps d'une séance avec James Brossman. Elle vient clôturer ce nouvel épisode haut en couleur et en luxure. 

 

Au final, que devons-nous retenir de ce 20ème épisode? Tout d'abord, il s'agit du premier film dans lequel Anna Polina incarne une figure centrale. Hervé Bodilis, grâce à une mise en scène fluide, mobile, proche du corps et un montage doux, permet à Anna Polina de mettre en scène ses armes les plus destructrices. Elle apparaît comme LE corps pur qu'il est impossible de posséder totalement. Elle va au contact de l'autre, l'épuise et en prend le contrôle. Comme nous avons pu le souligner, elle me rappelle ce que pouvait faire Laura Angel à son époque. Douce, totalement séductrice, Anna Polina est, avec Jade Laroche, une actrice à suivre de prêt. Ca tombe bien, je lui consacre un dossier . Si vous avez l'occasion de le voir, n'hésitez surtout pas une seule seconde. Ce dernier épisode est plus sobre que les autres avec beaucoup moins d'effets. C'est un pur produit de désir que nous livre Hervé Bodilis et Anna Polina. On en redemande.

 

Le film est disponible en VOD sur DorcelVision.

 9,99€ pour une location de 3h

24,99€ pour un téléchargement définiti

 

Télécharger

 

GOT


 

 

 

vlcsnap-2011-03-16-22h10m04s45-copie-1.png

Publié dans Dossier Anna Polina

Commenter cet article