Séance de rattrapage - Paris je t'aime

Publié le par GeeKonTunes

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/36/32/16/18645002.jpg

 

 

Il n'y a aucun mal à rater un film lors de sa sortie en salles (exception faite pour certains réalisateurs comme James Cameron). Je n'avais jamais vu Paris Je t'aime. Le film est composé de 18 courts-métrages réalisés par plusieurs réalisateurs différents les uns des autres. Ces derniers nous offrent leur vision à eux de cette ville qui fait tant rêver les touristes du monde entier. Diviser en quartiers, les réalisateurs nous montrent à travers des thèmes, une esthétique qui leur est propre, leur image de Paris avec comme thème principal, l'amour. 

 

Les films sont de nature inégale. Celui de Gus Van Sant, par exemple, ne parvient pas à émouvoir autant que celui de Walter Salles. Le premier nous fait voyager au coeur du Marais et nous narre les premiers émois homosexuels d'un jeune américain travaillant à Paris. Gaspard Ulliel, dans le rôle du français, ne parvient pas à atteindre cette justesse qui nous permettrait d'adhérer au récit. Le second nous fait voyager au sein d'une cité, loin du 16ème arrondissement (c'est également le titre du film) dans laquelle vit une jeune espagnole. Le récit se dévoile petit à petit et le personnage gagne en intensité au fur et à mesure que nous en apprenons sur elle. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/36/32/16/18612978.jpg

 

D'autres nous surprennent à l'image du film de Nobuhiro Suwa qui met en scène Juliette Binoche, Willem Dafoe et Hippolyte Girardot confrontés au décès d'un jeune garçon ou celui de Christopher Doyle (chef opérateur de Wong_Karwaï) qui nous plongent littéralement à la porte de Choisy, dans le 13ème arrondissement, avec Barbet Schroeder en représentant de cosmétiques pour asiatiques. A l'image d'un univers mi-burlesque, mi-fantastique, ce film est le plus surprenant de la sélection. 

 

Le film fait également la part belle aux grandes stars du cinéma américain. En effet, dans le court-métrage signé Gérard Depardieu et Fred Auburtin, nous retrouvons une Gena Rowlands certes un peu plus âgée, mais toujours aussi excellente. A noté que c'est elle qui a écrit ce volet. En ce qui concerne le quartier du Faubourg Saint-Denis, Natalie Portman tient le haut de l'affiche en incarnant une jeune actrice qui vient s'installer à Paris. 

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/36/32/16/18612975.jpg

 

Mention spéciale pour le court-métrage réalisé par Alfonso Cuaron avec Ludivine Sagnier et Nick Nolte entièrement tournée en plan-séquence et d'une justesse incroyable. Quant au frères Coen, ces derniers nous offre le guide complet de survie dans le métro parisien avec comme figure emblématique : Steve Buscemi. Wes Craven, quant à lui, laisse tomber (le temps d'un court) les tueurs en série pour nous emmener dans le cimetière du Père Lachaise. Pour ce qui est de l'horreur-fantastique, nous avons Vicenzo Natali qui nous confronte aux Vampires avec un Elijah Wood surprenant.

 

Le film se clôture par un film d'Alexander Payne qui met en scène une américain faisant une excursion à Paris. Elle nous décit avec sincérité ses peurs et ses joies, notamment le fait d'avoir été accepté par cette ville si mystérieuse. Et oui Paris c'est aussi ça, une sorte d'épreuve de force contre laquelle il faut lutter pour être accepter, et ça, les réalisateurs et réalisatrices l'ont tous compris. 

 

Film disponible en DVD

 

GOT

 

 

Publié dans Cinema

Commenter cet article