Tout ce qui bouge - Dossier Anna Polina #5

Publié le par GeeKonTunes

3700255421076.jpg

 

Cette semaine, nous continuons notre dossier Anna Polina avec le film Tout ce qui bouge. Après Les nymphos font du ski, nous continuons notre veine parodique avec une sorte de remake du film à succès Tout ce qui brille. Comme dans l'oeuvre originale, le film raconte l'histoire de deux amies qui partagent tout, mais alors absolument tout. 

 

vlcsnap-2011-04-15-20h56m08s126.png

 

Le film ne comporte que 4 scènes dont une avec Anna Polina. Autant être honnête, ce dernier est le moins bon de tout le film que j'ai eu l'occasion de découvrir. Tout comme dans Les nymphos font du ski, nous sommes dans une veine du home porn movie. Il suffit de voir la première séquence de dialogues pour remarquer que le tout est improvisé avec une caméra qui filme en plan séquence sans aucune réelle volonté de réflexion de mise en scène. 

 

vlcsnap-2011-04-15-20h57m51s143.png

 

Passons à la séquence avec Anna. Elle vient de rentrer de sa soirée. Son petit ami la découvre allongée sur le canapé. Après une conversation un peu houleuse, il lui confie qu'il a envie d'elle tout de suite et maintenant. Cette séquence possède le défaut principal que nous abordions lors de notre billet consacré à  Tori Black à savoir que le réalisateur s'épuise à crée un effet de mise en scène, alors qu'au final il n'y a aucune volonté de réelle reflexion scénique et corporelle.

 

Contrairement à ses autres films, Anna Polina n'est pas un corps qui va au front, au coeur du conflit. Elle est le corps dominée du début jusqu'à la fin. Peu à peu la scène passe dans le Gonzo et le corps devient une matière totalement laissée à l'abandon. Tout ce qui bouge est un des premiers films de Anna Polina. Elle ne possède pas encore cette force qui lui permet d'exister à la manière d'une Tori Black. Pour elle à, ce moment, pas de mise en scène signifie ne pas avoir de corps. 

 

vlcsnap-2011-04-15-20h59m41s217.png

 

Ce film n'est pas le meilleur de l'actrice. L'absence de totale réflexion scénique nous empêche concrètement de réaliser une vraie analyse du corps. L'enveloppe corporelle de l'actrice est comme fantomatique et ne parvient pas à s'inscrire comme matière cinématographique.

 

L'unique instant sur lequel nous pourrions théoriser est l'instant où la caméra capte son actrice de l'extérieur. Anna regarde le hors-champ par le prisme de la fenêtre. A la manière d'une visionnaire, elle scrute son avenir, le moment où elle arrivera à exploser toutes les barrières et à s'affirmer en tant que Corps. 

 

Le film est disposnible en VOD sur la plate-forme DorcelVision pour 7,99€ pour un visionnage de 3h ou 19,99€ pour un téléchargement définitif. 

 

Télécharger

 

GOT

Publié dans Dossier Anna Polina

Commenter cet article