Une pure affaire - Une comédie Cokette

Publié le par GeekonTunes

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/69/23/19639831.jpg

 

SynopsisDavid Pelame a la quarantaine. Il est marié à Christine depuis assez longtemps pour avoir oublié qu’ils s’aimaient autrefois. Il a deux enfants avec qui la communication se fait de plus en plus rare. Professionnellement, David n’est jamais devenu le grand avocat associé d’un cabinet de renom qu’il rêvait d’être mais plutôt un simple gratte-papier qui excelle dans les tâches les plus rébarbatives. Bref, la vie de David ne fait pas rêver. Si on avait un conseil à lui donner ?… Ce serait qu’il se ressaisisse. C’est ce qu’il va faire, en découvrant, le soir de Noël, une valise pleine de cocaïne et un téléphone croulant sous les appels de clients. David pense alors avoir trouvé le moyen de relancer sa vie. Si on avait un second conseil à donner à David ? … Ce serait qu’il y réfléchisse à deux fois.

 

http://images.allocine.fr/medias/nmedia/18/82/69/23/19633711.jpg

Une pure affaire est le premier long-métrage du jeune réalisateur Alexandre Coffre. Adapté d'une nouvelle intitulée, The Powder, Une pure affaire s'inscrit dans ce genre de film qui mélange habilement comédie et social. 

Le point de départ du film est simple. Un avocat (François Damiens), la quarantaine est blasé de la vie qu'il mène actuellement. Le soir de Nöel en promenant son chien il va trouver dans les buissons un sac rempli de cocaïne. Il va voir dans ce sac un cadeau du ciel qui lui permettrait de vivre la vie dont il rêvait. Sa femme, Christine (Pascale Arbillot) refuse dans un premier temps de l'aider dans ses petites affaires. Elle finira, bien entendu, par céder et même prendre goût à cette vie de luxe. 

 

Pour un premier essai au long, Alexandre Coffre signe une mise en scène sobre, intuitive. Il parvient à la rendre si discrète qu'elle laisse libre court à ses personnages de jouer tout en simplicité. Alors qu'il aurait pu se diriger vers la facilité en utilisant à outrance le côté comique de François Damiens, il révèle au contraire une nouvelle facette de l'acteur, touchant et désemparé. Pascale Arbillot est également tout en finesse dans son rôle de femme active et blasée. 

Gilles Cohen excelle en truand prêt à tout pour récupérer son bien. 

 

Le film adopte le même schéma que les films de gangsters à savoir une ascension fulgurante, l'ennui puis la chute. Alexandre Coffre ne stigmatise pas l'objet cocaïne en pointant du doigt de manière insistante les dangers de celle-ci. Il s'en sert au contraire comme véhicule de l'action et comme moteur d'un épanouissement éphémère. 

Que se soit d'un point de vue scénique ou scénaristique tout est fait avec légèreté, subtilité.

 

Une pure affaire est une réelle surprise ! Note spéciale pour les deux jeunes acteurs qui parviennent à se hisser au même niveau que les autres.

 

Note : 4/5

 

GOT

 

 

Publié dans Cinema

Commenter cet article